A propos

Bonjour et bienvenue sur le Labo Slow Life.

Je suis Elodie, j’ai 36 ans, et fin 2021, j’ai lancé Le Labo Slow Life. Un site lifestyle avec l’envie d’explorer le bien-être et le slow living pour comprendre comment ils peuvent améliorer nos vies.

Si vous êtes sur cette page, c’est que vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire derrière ce projet.

En 2020, en pleine pandémie, après quelques mois de confinement dans le Sud Ouest près de Toulouse, j’ai décidé de soudainement mettre un terme à vie Londonienne de 8 ans. Pourtant je l’adorais. Mais la Pandémie a mis en exerce ses limites.

Quelques années années avant, en 2016, j’étais en plein essor de ma carrière en Marketing Digital et je dévorais tout ce que la vie Londonienne avait à offrir. Je vivais vraiment ce que j’aime bien appeler mon “rêve londonien”: Un copain Anglais et Londonien de longue date, un boulot en marketing digital chez le créateur de mode le plus iconique du Royaume-Uni, un appart cosy avec des colocs que j’adorais et une vie bien remplie à découvrir, voyager, explorer…

En quelques mois, tout a basculé. Rupture. Changement de boulot. Burnout. Déménagement. Le printemps 2016 était bousculé. Alors a l’été 2016, durant le plus long break passé dans mon cher Sud Ouest, près de Toulouse, j’en ai profité pour tout remettre à plat et faire une pause bien méritée. J’ai trouvé un nouveau boulot pour une start up que j’adorais, je venais de me mettre un peu plus au sport, et un peu au yoga de façon assez instinctive, j’ai démarré le livre bien connu le Miracle Morning et je suis rentrée à Londres rechargée comme jamais.

C’était le début de l’aventure dans l’univers du bien-être.

Je me suis mise à me lever tôt et à y prendre goût, à courir le matin au lever du soleil et à devenir accro à ces moments et cette énergie, à méditer et bien aimer ça, et à devenir très régulière au yoga. Entre l’ancrage des 2 derniers et la dose d’endorphine fournie par le premier, c’était la plus grosse bouffée d’oxygène, de lumière, et d’énergie de ma vie.

6 ans après, c’est vrai que tout a changé.

En fait, au lieu d’accroître l’aspect carrière et vie parfaite “Have it all” qui est très cultivée dans les pays anglo-saxons (Succès, carrière, famille), c’est un peu comme si ma nature la plus profonde était naturellement ressortie. Comme si grâce aux footings tôt le matin, aux cours de yoga et de méditation de plus en plus fréquents, le brouillard s’était dissipé peu à peu de mon esprit. J’y voyais de plus en plus clair.

  • Au lieu de viser les postes ultra ambitieux pour des énormes boîtes, j’ai visé les start-ups à taille humaine et aux projets concrets
  • Au lieu de chercher l’homme parfait et ambitieux pour devenir le #couplegoal, j’ai savouré me “réaligner” tranquillement pour d’abord vraiment m’aimer moi-même.
  • Au lieu de repartir faire des voyages qui rendent bien sur Instagram, je rentrais plus souvent chez mes parents, pour me reconnecter avec les valeurs plus terre à terre de ma famille dans le Sud Ouest.
  • Au lieu d’aller faire la fête dans des festivals ou enchaîner les rooftops à New York ou Ibiza, j’ai fait des randonnées en Norvège, au Vietnam ou au Sri Lanka.
  • Et surtout, je me suis mise au sport comme jamais avant. J’ai couru mes premières courses, dont mon premier semi marathon
  • Et surtout, je suis devenue professeur de yoga et ça, ça a change pas mal de choses dans ma vision de la vie.

Durant la Pandémie, je me suis retrouvée un peu par hasard chez mes parents dans le Sud Ouest, sans affaire et toute ma vie de l’autre côté de la manche. Ça m’a forcé à réfléchir et quelques mois plus tard, quitte à être sur place, j’ai décidé de tenter le tout pour tout en rentrant vivre à Toulouse.

Il était temps d’arrêter de prôner cette “Slow Life” et de vraiment essayer de la vivre.

Depuis, je suis en phase d’ajustement. J’observe. Je prends note. Je compare. Je réfléchie. Je découvre. L’univers – ou la vie (Je ne sais jamais vraiment lequel des 2) – ont mis sur ma route des surprises Toulousaines. Des mauvaises, mais aussi de très bonnes. Alors je prends le temps d’explorer cette notion de “Slow Life” dans ma New life.

Je ne suis pas certaine qu’elle soit la solution à tout, et je ne suis pas non plus toujours sûre qu’elle me corresponde vraiment toujours, mais je pense que comme tout, il y a de quoi explorer, apprendre, garder et laisser.

Alors j’essaye de comprendre comment elle peut fonctionner, sans pour autant trop ralentir.

Pour continuer à en savoir un peu plus, rendez-vous sur mon compte instagram: @elodie_pmle et le compte instagram du site @lelaboslowlife

A bientôt,

Elodie